Les entreprises tablent sur des milliers d’emplois supplémentaires en 2017 grâce au taxshift

Jeudi 26 janvier 2017

  • Le taxshift assure totalement ou partiellement la création d’au moins 41 500 emplois supplémentaires et la conservation de quelque 35 500 emplois
  • Le taxshift donne surtout un petit coup de pouce à l’embauche
  • Le taxshift a essentiellement un impact sur les plus petites entreprises 

Bruxelles - L’impact des mesures du taxshift permettra aussi en 2017 la création de milliers d’emplois. C’est ce qu’indique une étude que le prestataire de services RH SD Worx a menée auprès de 967 entreprises belges. Des estimations très prudentes tablent sur la création de 41 500 emplois supplémentaires et la conservation de 35 500 emplois grâce au taxshift. Au total, le taxshift aura donc une influence sur environ 77 000 emplois en 2017. Un peu plus de la moitié des entreprises (54%) affirment que ces recrutements supplémentaires auraient également lieu sans le taxshift. Ce sont surtout les petites entreprises de moins de vingt travailleurs qui déclarent que le taxshift influence positivement leur politique de recrutement.

En décembre 2016, SD Worx a enquêté sur les intentions de recrutement des entreprises belges pour 2017. L’enquête sur l’embauche indique que 36% des entreprises belges pensent engager des travailleurs supplémentaires en 2017, à peine 6% pensent licencier des collaborateurs et 58% prévoient de clôturer 2017 avec le même nombre de travailleurs qu’en 2016.

Le taxshift a un impact sur les intentions d’embauche

Simultanément, SD Worx a évalué l’impact du taxshift sur leurs prévisions. Parmi les entreprises prévoyant d’engager, 7% déclarent que c’est uniquement grâce au taxshift et 39% affirment que le taxshift a donné le petit coup de pouce nécessaire. 54% indiquent que la croissance économique est la seule raison de cette augmentation de l’embauche.
Parmi les 58% d’entreprises qui prévoient un status quo en termes d’embauche, 23% déclarent que c’est grâce au taxshift et que, sans le taxshift, elles s’attendraient à une baisse de l’embauche. 77% affirment que le taxshift n’aura aucun impact sur le nombre de leurs collaborateurs.

 

« Si l’on projette ces pourcentages sur le nombre d’unités d’exploitation dans le secteur privé en Belgique[1] et que l’on suppose que « plus d’embauche » ne correspond « qu »’à un seul travailleur supplémentaire par unité d’exploitation, on voit que 6 000 emplois supplémentaires seront créés grâce au taxshift. Pour 35 000 employeurs, le taxshift correspond au petit coup de pouce nécessaire pour engager quelqu’un. Au total, ce sont donc 41 500 nouveaux emplois qui seront totalement ou partiellement créés grâce au taxshift. Parmi les employeurs qui pensent terminer l’année en status quo, ce sont 35 500 emplois qui seront sauvés grâce à ce taxshift », a calculé Vassilios Skarlidis de SD Worx.

 

Plus l’entreprise est petite, plus l’impact est grand

Il est à noter que plus l’entreprise est petite, plus l’impact du taxshift est grand. Parmi les entreprises comptant un à vingt travailleurs, la majorité (56%) voient le taxshift comme un facteur décisif pour engager. Ce pourcentage est nettement inférieur dans les entreprises comptant plus de cent travailleurs : 24%. Ce n’est pas surprenant car la baisse de la cotisation patronale pour les six premiers travailleurs semble en effet particulièrement bien accueillie.

 

Ces résultats émanent des prévisions d’embauche trimestrielles de SD Worx réalisées auprès d’un nombre d’entreprises représentatif pour la Belgique. 967 entreprises ont participé à cette édition de l’enquête. Pour l’ensemble de l’échantillonnage, la marge d’erreur est de 2,5%. L’enquête a été réalisée par le bureau d’étude WES.

À propos de SD Worx

SD Worx offre un service complet dans le domaine du payroll, des RH et du Tax & Legal dans le monde entier. Plus de 3 600 collaborateurs soutiennent plus de 60 000 clients, des PME aux grandes entreprises, dans les secteurs privé et public. Ils proposent calcul et administration des salaires, formations, recherche RH, consultance sociojuridique, fiscale et RH, progiciels spécialisés pour les services au personnel et soutien sur place.

SD Worx calcule 4,15 millions de salaires par mois et possède des bureaux en Belgique (HQ), en Allemagne, en France, en Irlande, au Luxembourg, à l’Île Maurice, aux Pays-Bas, en Autriche, au Royaume-Uni et en Suisse. SD Worx est co-fondateur de la Payroll Services Alliance, qui assure le calcul de 32 millions de salaires.

Plus d'informations sur www.sdworx.com

 

 

[1] 254 863 unités d’exploitation du secteur privé en Belgique le 30 juin 2015, selon des chiffres de la sécurité sociale 

 

Grafiek 1_FR
Grafiek 2_FR